Article mis en avant

UNIVERSITÉ D’ÉTÉ “LE CORPS DANS LE TEXTE ET L’IMAGE, DE L’ANTIQUITÉ À LA RENAISSANCE” (UPEC, 26-28 juin 2024)

Organisée par Anne Raffarin ( laboratoire LIS) et Nathalie Gorochov (laboratoire CRHEC), enseignantes-chercheuses à la faculté des Lettres, Langues et Sciences Humaines de l’UPEC, cet évènement est ouvert aux étudiants et aux enseignants de Lettres, Histoire, Droit, Philosophie…

Sur la base d’un vaste corpus de textes latins ou grecs traduits mais aussi sur la base d’images, les enseignants proposeront d’explorer l’Antiquité et sa réception jusqu’à la Renaissance à propos d’un thème particulier : le corps. L’Antiquité l’a décrit, représenté et soigné. Puis les représentations et le savoir antiques à propos du corps ont été transmis au Moyen Age et à la Renaissance qui les ont imités et repensés à la fois.
Tous les matins et en début d’après-midi des cours fondamentaux et des conférences seront dispensés sur les textes évoquant le corps
de l’Antiquité à la Renaissance et sur l’iconographie et les oeuvres d’art en lien avec ce thème.
Dans la deuxième moitié de l’après-midi, une initiation ou un approfondissement en langue grecque et/ou en langue latine
seront également proposés en option afin de donner davantage de réalité à cette immersion dans les mondes et textes anciens.

Pour le programme détaillé, voir ici

Contacts :
anne.raffarin@u-pec.fr
gorochov@u-pec.fr

Après le M2 recherche, NOUVEAU DIPLÔME INTER-UNIVERSITAIRE MANAGEMENT DE L’INNOVATION ET DU CHANGEMENT

Découvrez le tout nouveau Diplôme Inter-Universitaire Management de l’Innovation et du Changement (MIC)! En collaboration avec l’association Atout Jeunes Universités (AJU), ce diplôme innovant vise à préparer les étudiant.e.s de Lettres Langues et Sciences Humaines à devenir des managers orientés vers l’avenir et à accompagner les jeunes diplomé.e.s vers l’emploi.

Cette formation s’adresse aux étudiant.e.s titulaires d’un Diplôme National BAC+5 ou + (Master 2, Titre niv.Master 2, Doctorat) diplômés sorti.e.s depuis moins de 2 ans dans les masters histoire, lettres, philosophie, llcci, géographie territoires, villes et santé / espaces, sociétés, territoires.
Ce cursus de formation s’inscrit dans la continuité du parcours universitaire de l’étudiant.e. Il vient valider des compétences professionnelles et apporter une spécialisation en management de l’innovation et du changement.

Envoyez votre dossier de candidature par mail jusqu’au 30 juin 2024 au responsable pédagogique de la formation : clement.duyck@u-pec.fr ET à l’AJU : contact.MIC@atoutjeunesuniversites.com

Saisir les paroles populaires de prostituées, un groupe social féminin et marginal, au XIXe siècle : quel positionnement pour l’historien ?

Entretien avec Mayte Garcia et Alexandre Frondizi

Alice Selenati, Charlotte Teyssaire :

Cet entretien consacré aux paroles de prostituées s’inscrit dans une démarche de recherche historique autour des paroles populaires, en lien avec le Festival d’Histoire Populaire organisé par l’Université Paris-Est Créteil en juin 2024. Apporter des pistes de réflexion historique autour de la production, la construction, la déformation, la réception et la captation de ces paroles constitue la ligne directrice de ce festival. Or, si les paroles populaires sont souvent difficiles à saisir, celles d’un groupe social féminin, marginal et populaire comme celui des prostituées, l’est d’autant plus.

En effet, à la Belle Époque, bien que la prostitution soit tolérée par le système réglementariste, les prostituées n’en sont pas moins stigmatisées et marginalisées par la société. Ce système réglementariste les maintient hors du corps social en les enfermant dans les maisons closes. Les femmes racolant en extérieur sont strictement limitées dans leurs pratiques, et réprimées si elles ne suivent pas la réglementation. Perçues comme moralement et socialement déviantes – car à l’opposé du modèle social féminin érigé par la société patriarcale du siècle – les prostituées sont constamment stigmatisées. Parallèlement, une véritable fascination esthétique et culturelle pour les bas-fonds (portée par les peintres, romanciers, médecins, intellectuels…) produit des représentations erronées et/ou amplifiées, constitutives d’un imaginaire social des prostituées. Si les sources institutionnelles ont longtemps été mobilisées pour étudier la prostitution, une historiographie plus récente tente de se rapprocher des individus et de rendre compte de la réalité vécue de ces femmes, loin des représentations fantasmées. Toutefois, l’étude des paroles de prostituées reste encore limitée, interrogeant la possibilité pour l’historien de saisir ces paroles, de les étudier et d’en faire un matériau de recherche historique. Or, restituer les paroles, même lointaines, de ce groupe social féminin marginalisé apparait comme une démarche nécessaire pour saisir entièrement la prostitution à l’époque contemporaine et questionner les logiques de domination et les mécanismes d’insoumission de ces femmes.

Eugène Atget, Prostituées de la rue Asselin. Paris XIXe, vers 1925, Tirage sur papier albuminé, 17,6 x 22,9 cm, Gilman collection (c) Metropolitan Museum of Art, NYC.

Nous avons échangé avec Mayte Garcia, historienne de l’art, et Alexandre Frondizi, historien du XIXe siècle, qui ont tous deux étudié des paroles populaires de prostituées au XIXe siècle, à travers des sources très différentes : le manuscrit du témoignage d’une prostituée genevoise à la fin du siècle d’une part et les archives policières d’autre part. Cet entretien permet de poser un regard pluridisciplinaire sur les paroles populaires de prostituées de la période, tout en proposant des approches de recherche différentes, complémentaires et enrichissantes.

Mayte Garcia, historienne de l’art, spécialiste de l’art baroque espagnol et de ses relations à la littérature, de conservation du patrimoine en situation de conflit, de l’estampe ancienne et de l’œuvre de Goya et de Velasquez, a publié cette année Je n’étais plus aussi bête qu’au commencement, récit d’une prostituée – vers 1889-1898, cahier anonyme[1], ouvrage retraçant sa rencontre avec un carnet contenant le récit de vie d’une prostituée en maison close à la fin du XIXe siècle et sa mission de lui « redonner une voix ».

Alexandre Frondizi, maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre du Centre d’histoire du XIXe siècle, travaille sur l’histoire sociale des révolutions, sur les classes et les quartiers ouvriers, et sur les pratiques populaires d’écriture, sujet sur lequel il a dirigé avec Emmanuel Fureix un numéro récent de la Revue d’histoire du XIXe siècle. Il a aussi consacré plusieurs articles à la prostitution parisienne, dont « Les trafics dans la pierre. Prostitutions, espace public et commerces à la Goutte d’Or à la fin du XIXe siècle[2] » ou « Le scandale au quartier. Urbanités, interactions et identités populaires dans le Paris fin de siècle[3] ».

Continuer la lecture

RENCONTRE DOCTORANTS/ ETUDIANTS (Licence, Master) en HISTOIRE

Lundi 15 avril 2024

de 12h30 à 13h15 en salle i1 207

Campus centre

Deux doctorants en Histoire du laboratoire CRHEC (Centre de recherche en Histoire Européenne Comparée),  Franziska Seitz et Marc-Antoine Quignodon, vous présentent leur parcours et les enjeux de la thèse de doctorat. Ils répondent pendant la pause-déjeuner à tout ce que vous voulez savoir sur la thèse sans jamais avoir osé le demander…

Venez nombreux !

PENSER LA DOMINATION : formes, contructions et matérialisations (du Moyen-Âge à l’époque contemporaine). Journée d’étude des Mastérants : 22 mars 2024 (UPEC, campus centre)

Dans le cadre de leur cursus de Master 2 (UE 13), les étudiants et étudiantes du Master Histoire Européenne Comparée de l’UPEC organisent une journée d’étude et présentent un aspect de leurs recherches personnelles. Ils ont tout pris en charge de l’affiche au programme, en passant par la présentation et les communcations.

La journée aura lieu le vendredi 22 mars de 9h à 16h en i1 118 (campus centre, UPEC).

Le lit des maisons de haute tolérance parisiennes à la Belle Époque (1870-1914)

Un objet conçu pour répondre aux représentations et aux imaginaires de l’époque

Anonyme. “Chambre Louis XVI au 3e étage du Chabanais”, 1900. (c) collection Nicole Canet, voir : Canet, N., & Cance, É. (2015). Le Chabanais : Histoire de la célèbre maison close, 1877-1946 rapports de police, dessins, objets, documents et photographies.

Depuis 1802, la prostitution parisienne est organisée selon le système du réglementarisme. La prostitution est tolérée, mais reste étroitement contrôlée par les services de police. Les maisons closes qui se sont multipliées entre les années 1830 et 1870 connaissent une période de déclin à partir de 1890, au profit d’espace de rencontre plus libre comme les maisons de rendez-vous[1]. Ce déclin concerne avant tout les maisons les plus modestes, tandis que les plus luxueuses comme Le Monthyon, Le Colbert ou le Chabanais ne connaissent pas la crise[2]. Les sources photographiques dévoilent les intérieurs de certaines de ces maisons. Une photographie du cinquième étage du Chabanais, tirage argentique anonyme de 1900, représente une somptueuse chambre dite espagnole[3]. Au cœur de cette pièce de dix-sept mètres carrés[4], trône un meuble emblématique des maisons closes : le lit. D’aprés l’observation de la photographie, on remarque que le lit est l’élément central de l’espace, il se caractérise par une tête de lit simple, en bois sculpté et un pied de lit richement orné. Sur ce dernier élément du lit, on distingue cinq panneaux. Le premier, le troisième et le cinquième semblent être le résultat d’un travail de tapisserie tandis que les deux panneaux de bois qui les séparent sont sculptés et ajourés d’une étoile et d’un demi-cercle cranté. Le couvre lit est richement brodé, décoré de frange, et s’étale sur l’ensemble de la literie, épousant les formes du lit. L’objet est placé devant un miroir et rehaussé d’un décor d’ornementation en voûte d’inspiration orientale en bois sculpté. Ce type de décor et d’ameublement à thème stéréotypé est fréquemment observé dans les maisons de prostitution parisiennes haut de gamme, qui diversifient les thématiques d’agencement en puisant tantôt dans des représentations fantasmées d’autres cultures (chambres japonaise et mauresque au Chabanais) ou de périodes révolues (chambre Louis XVI[5] au Chabanais, chambre des princes au Monthyon[6]). En outre, le lit, soumis à une transformation de ses fonctions premières, dépasse, dans ces espaces prostitutionnels, sa nature de simple objet traditionnellement attribué au repos et à l’intimité.

Cette photographie fait partie du modeste ensemble de témoignages photographiques des intérieurs des maisons closes parisiennes. En effet, les prises de vue à l’intérieur de ces établissements étaient interdites par la plupart des juridictions[7]. Par conséquent, les seules images préservées aujourd’hui sont probablement le fruit de commandes spécifiques de la Préfecture de police ou de photographies réalisées lors d’événements particuliers tels que des expositions universelles ou des ventes aux enchères. De plus, les photographies pouvant contenir des éléments licencieux sont traquées par les services de police[8], ce qui conduit probablement les auteurs à anonymiser leurs clichés. Pourtant, malgré cette pratique restrictive, ces photographies encore conservées recèlent de riches enseignements car elles offrent un point de vue complémentaire à celui plus connu et exploré des peintres, graveurs et autres témoignages écrits. Cette pratique rare de la photographie en maison close permet d’illustrer concrètement les objets entourant les prostituées dans leurs espaces de travail et de vie. S’intéresser particulièrement aux lits photographiés soulève de nouvelles perspectives d’étude, amenant à conjuguer histoire visuelle et histoire matérielle pour étudier la prostitution à la fin du XIXe siècle.

Le lit, un élément de décor des period room des maisons de prostitution luxueuses

Le lit fait partie intégrante d’un décor savamment pensé, entièrement dédié aux riches clients des maisons closes luxueuses parisiennes de la Belle Époque. Le client est, en effet, amené à évoluer dans différentes pièces thématiques, allant de la grotte artificielle au boudoir, et des salons aux chambres. Toutes ces pièces sont conçues comme des period room[9] de musée. Ce sont des espaces aménagés afin de reconstituer un espace historique, de refléter une esthétique et un style d’une époque passée ou d’un ailleurs fantasmé[10]. Les maisons closes s’approprient alors ces reconstitutions, particulièrement en vogue durant le XIXe siècle, et les déclinent en différentes chambres thématiques. Ces period room peuvent inviter à un voyage temporel, comme la chambre Louis XVI du Chabanais dont le lit à baldaquin est entouré de larges tentures ornées de broderie, ou bien à un voyage géographique, comme dans la chambre japonaise du Chabanais où le lit est richement paré de motifs japonisants.

On décèle, sur le pied de lit, ce qui semble être un travail de marqueterie représentant une branche de cerisier, un oiseau et un éventail ainsi qu’un travail de bois sculpté japonisant. Sur le chevet, un bouquet de roseau est visible. Le dessus de lit est richement brodé de motifs floraux. Ces décors stéréotypés ne reprennent que certains éléments typiques des espaces et des époques que les commanditaires souhaitent représenter, comme le baldaquin de la chambre Louis XVI qui fait référence à un univers aristocratique, ou les dessins de fleurs de cerisier et de l’éventail censés symboliser, à eux seuls, le Japon.

Ces décorations d’intérieur spécifiques sont à mettre en lien avec le colonialisme européen, l’essor du commerce de luxe[11], l’intensification des échanges commerciaux et des voyages[12]. Ce contexte entraine une mobilité masculine, de nombreux hommes voyageant dans les colonies. Ils cherchent alors, à leur retour, à retrouver, dans des lieux de loisir masculin, un souvenir de leurs voyages. Ceux n’ayant pas visité les colonies sont tout autant attiré par un esthétisme orientaliste et colonial, relatif aux représentations sociales du XIXe siècle. Les maisons closes multiplient alors des pièces thématiques afin de répondre à cette demande. Par ailleurs, ces échanges croissants influencent largement le milieu artistique depuis le XVIIIe siècle et l’influence de l’orientalisme se fait ressentir. Ce genre artistique correspond à la représentation de l’Orient vu par l’Occident qui s’exprime dans toutes les tendances du siècle, dans la peinture, la photographie, la littérature, la musique et le mobilier. L’Orient dépeint par les artistes relève du fantasme, de l’imaginaire social et influence fortement la décoration des lieux de plaisir pour de riches bourgeois qui cherchent tantôt à s’évader de leur quotidien tantôt à retrouver l’espace familier d’un pays étranger expérimenté. Alain Corbin, souligne par ailleurs, l’évolution des demandes sexuelles de cette époque[13], qui exige des maisons closes de l’inventivité autant dans les pratiques sexuelles que dans les décors pour satisfaire une riche clientèle internationale.

Le lit de maison de haute tolérance, un objet aux multiples fonctions

Dans le cadre de la maison de prostitution, le lit, conventionnellement associé aux simples fonctions de repos, de réconfort et d’intimité, se mue en objet multifonctionnel selon les acteurs qui l’utilisent. Les period room, décrites plus haut, sont des dispositifs dédiés au client. En fréquentant une maison de prostitution, le client cherche à se soustraire à son quotidien, à être dépaysé, à s’immerger totalement et devenir acteur d’un espace impossible[14]. Le lit, élément fondamental de ces tableaux, remplit alors une fonction fantasmatique pour le client et devient par la même occasion un argument commercial pour les gérants des maisons. En effet, les maisons closes luxueuses utilisent ces dispositifs pour valoriser leur maison et n’hésitent pas à mettre le prix. L’aménagement du Chabanais aurait coûté près de 1 700 000 francs à ses premiers propriétaires dans les années 1877[15]. Des artisans et artistes reconnus sont sollicités afin de décorer les maisons. Par exemple, la maison de tolérance la Fleur Blanche rue des moulins, se dote d’un lit signé par les frères Merciers, pour sa chambre Régence, qui remporta un prix à l’exposition de 1889[16].

Enfin, le lit revêt une fonction bien plus pragmatique pour les prostitués qui en font leur lieu de travail. Le lit devient le théâtre de leur prestation, un espace où la réalité crue des échanges transactionnels s’impose. Ces lits de luxe sont d’ailleurs seulement voués au travail, car celles-ci ne peuvent s’offrir du repos dans ces pièces luxueuses. Leurs espaces de vie, appelés “bahut” sont le plus souvent situés dans les sous-sols ou dans les derniers étages des maisons[17]. Ces espaces qui servent à la fois de dortoir collectif et de lieu de toilette sont bien plus vétustes. Le lit de métal contraste avec les luxueuses chambres de la maison et les rares photographes autorisés à pénétrer les maisons de tolérance semblent avoir omis de photographier ces objets utilisés uniquement de façon pratique pour se reposer.

Conclusion

L’étude de la prostitution parisienne à la Belle Époque sous le prisme de l’histoire matérielle permet d’observer des espaces où se déroule la prostitution, la fenêtre dans l’espace public et le lit dans l’espace privé des chambres des maisons closes, ainsi que des pratiques prostitutionnelles spécifiques, le racolage et l’acte sexuel tarifé. La double nature de la fenêtre (entre intérieur et extérieur, visible et invisible) et son utilisation par les prostituées révèlent les dynamiques transgressives et subversives du racolage et les stratégies d’exhibitions des prostituées, comme moyens d’imposer leur présence dans l’espace public et de transgresser les normes socio-morales genrées de la Belle Époque. L’étude du lit, objet multifonctionnel, témoigne des conditions de travail et de vie des prostituées ainsi que des stratégies commerciales des maisons de haute tolérance, soucieuses de répondre aux fantasmes des riches clients, alors en mutations et sous l’influence, entre autres, de l’orientalisme. L’utilisation prostitutionnelle de ces deux objets transforment les fonctions premières de la fenêtre et du lit, qui révèlent, lorsqu’on les regarde par le prisme de l’histoire matérielle, les normes, sensibilités et goûts moraux, sociaux et sexuels d’une époque.


[1]  D. Kalifa (2018), Amours vénales, in. Paris, une historique érotique d’Offenbach aux sixties, Payot

[2] Ibid.

[3] Description réalisée d’après les plans du Chabanais recopiés dans Canet, N., Chédaille, J., & Cance, É. (2011). Décors de bordels : Entre intimité et exubérance Paris-Province, Afrique du Nord, 1860-1946. Galerie Au bonheur du jour. p. 106 et l’inventaire du mobilier du Chabanais par Maurice de Rheims en vue de sa mise en vente, lors de la fermeture de l’établissement recopié dans Teyssier, P. (2010). Maisons closes parisiennes : Architectures immorales des années 1930. Parigramme. p. 157-159

[4] N. Canet (2015), Le Chabanais. Histoire de la célèbre Maison close 1877-1946, Edition Nicole Canet, p.38.

[5] N. Canet (2015), op. cit., p.252

[6] A. Brichaut (1900), Recueil de photographies sur les maisons closes parisiennes, accompagné d’un mémoire manuscrit sur la prostitution à Paris, t.1, vues 23. Conservé à la BNF. URL: https://gallica-bnf-fr.ezproxy.u-pec.fr/ark:/12148/btv1b10462950s#

[7] A. Dupouy (2015), Les filles de nuits prennent la pose, in. Splendeurs et Misères : images de la prostitution (1850-1910), BeauxArts, hors-série, p.14-18

[8] M. F. Quignard& R. J. Seckel (2019), Les photographies de l’Enfer, in. L’Enfer de la Bibliothèque : Éros au secret, éd. BnF, 464 p.

[9] B. Tillier (2015), L’amour dans une period room : décors de bordels et dépaysement1, in. Images et imaginaires de la prostitution au XIXe siècle, Musée Orsay, Paris. URL :https://www.musee-orsay.fr/fr/agenda/evenements/images-et-imaginaires-de-la-prostitution-au-xixe-siecle

[10] V. a ce sujet : R. Labrusse (2018), « Des pièces d’époque aux capsules temporelles. Temps historique et temps vécu dans l’expérience esthétique », Gradhiva 2, 28, mis en ligne le 28 novembre 2020, consulté le 12 décembre 2023. URL: http://journals.openedition.org/gradhiva/3721; DOI: https://doi.org/10.4000/gradhiva.3721

[11] A. Corbin (2015). Les filles de noce : Misère sexuelle et prostitution, XIXe siècle, Flammarion., p.109

[12] B. Tillier (2015), op. cit.

[13] A. Corbin (2015), op. cit., pp. 225-234

[14]B. Tillier (2015), op. cit.

[15] N. Canet (2015), op..cit., p.14

[16] P. Teyssier (2010), op. cit., p.178

[17] A. Corbin (2015), op. cit.


Texte mis en page et en ligne par Viera Rebolledo-Dhuin.

  1. conférence []
  2. Online []

La fenêtre, outil de racolage et objet de transgression, dans le Paris de la Belle Époque (1880-1920)

“Chit Chit!… [estampe] tiré du cabinet du citoyen Darlet, 1793-1795 (c) Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8412821w

Matériellement, la fenêtre est une ouverture pratiquée dans une paroi, munie d’une fermeture vitrée, afin de faire pénétrer l’air et la lumière. Élément constitutif d’un bâtiment, d’un lieu de vie, elle constitue un objet du quotidien dont les dispositifs techniques ont évolué dans le temps. Si l’étude de la fenêtre, en tant qu’objet historique, peut se faire selon diverses perspectives, conjuguer histoire sociale et histoire matérielle permet d’interroger les usages prostitutionnels de la fenêtre comme les vecteurs d’une mutation de cet objet ordinaire en objet transgressif, qui créé des tensions et des conflits avec les riverains. Parce qu’elle est un « objet transitionnel1 », qui délimite tout autant qu’elle floute la frontière entre l’extérieur et l’intérieur, entre le public et le privé, la fenêtre peut amplement être abordée comme objet historique ayant une matérialité sociale. Elle constitue une ouverture entre l’espace privé et fermé et l’espace public et ouvert, et s’inscrit ainsi dans une double appartenance à ces deux espaces. Son ambiguïté repose sur sa transparence, permettant la visibilité de l’intérieur comme de l’extérieur. Elle amène ainsi à permettre tout autant qu’à entraver les regards entre ces deux espaces. C’est ainsi un « dispositif médian entre l’ouverture et la séparation, la lumière et l’obscurité, le visible et l’invisible ou encore le montré et le caché2 », qui produit l’espace social et marque « la dépendance de l’intérieur vis-à-vis de l’extérieur et vice-versa3 ». De par ces caractéristiques, cet objet ordinaire du quotidien permet d’analyser les tensions et les conflits présents entre les prostituées et les riverains à la fin du XIXe et au début du XXe siècle car il délimite de façon ambigue une frontière entre l’espace privé – au sein duquel l’individu est censé être coupé et protégé du monde prostitutionnel – et l’espace public – où les prostituées évoluent et se font voir. Or, en tant qu’objet transitionnel, laissant voir l’intérieur de l’extérieur et l’extérieur de l’intérieur, il devient un objet transgressif pour les prostituées, qui jouent sur cette ambiguïté pour imposer aux riverains leur présence et leurs pratiques « scandaleuses », dominant ainsi l’espace – public comme privé – en se faisant entendre et voir, même chez les riverains, dans leur intimité, par le médium de la fenêtre. Continuer la lecture

  1. H. Lefebvre (2000), La production de l’espace, Economica, coll. : Ethno-sociologie, p. 241, in. K. Katsika (dir.) (2019), Dedans dehors. Approches pluridisciplinaires de la fenêtre, col. Annales littéraires [999], éd. Presses universitaires de Franche-Comté, Besançon, p. 11. []
  2. K. Katsika (dir.) (2019), Dedans dehors. Approches pluridisciplinaires de la fenêtre, col. Annales littéraires [999], éd. Presses universitaires de Franche-Comté, Besançon, p. 11. []
  3. Ibid. []

La prostitution parisienne à la Belle Époque sous le prisme de l’histoire matérielle : détournement d’objets ordinaires en outils prostitutionnels (DOSSIER de RECHERCHE )

Deux étudiants de Master histoire (promotion 2023-2024) proposent chacune un article de recherche en rapport avec leur sujet de mémoire de recherche.

La prostitution parisienne à la Belle Époque sous le prisme de l’histoire matérielle : détournement d’objets ordinaires en outils prostitutionnels 

– Alice Selenati : La fenêtre, outil de racolage et objet de transgression (1880 – 1920)

– Charlotte Teyssaire : Le lit des maisons de haute tolérance parisiennes (1870-1914)

RÉSUMÉ

La prostitution est, entre le début du XIXe et le milieu du XXe siècle en France, régulée par un système règlementariste. Ce système tolère l’activité prostitutionnelle si celle-ci est dissimulée à l’intérieur dans des maisons closes. Les prostituées sont alors divisées en deux catégories : celles faisant partie des maisons sont appelées les filles soumises. Elles y sont confinées, sous la surveillance d’une tenancière, et ne peuvent en sortir qu’une fois par semaine, sur leur jour de repos. Certaines filles soumises, affiliées à des maisons de tolérance, sont plus libres de leurs mouvements mais doivent avoir sur elles une carte les fichant comme prostituées. À l’inverse, les filles dites insoumises, prostituées qui ne sont pas enregistrées dans les registres de police, agissent clandestinement et sont recherchées et réprimées par la police. Quel que soit leur statut, les prostituées vivent d’un même commerce : celui du sexe. Pour ce faire, dans le Paris de la Belle Époque, elles investissent des objets de l’ordinaire et du quotidien, qui deviennent des outils pour leur profession. Tant la fenêtre, frontière entre l’intime et le public, qui se transforme en lieu d’un racolage pourtant prohibé, que le lit, lieu de l’intime, conçu pour attiser les fantasmes masculins de l’époque, sont détournés de leur fonction première par l’usage qu’en font les prostituées afin de mener à l’acte sexuel tarifé. Aspect pratique de l’objet et détournement de ce dernier, sexualisation de l’intime, transgression des normes sociales et morales, jeu avec les imaginaires et les fantasmes masculins d’une époque, l’utilisation de ces deux objets génériques ordinaires par les prostituées révèlent la richesse et les possibilités de renouvellement historiographique qu’une étude matérielle de la prostitution apporte à ce champ de recherche.

Candidater au Master recherche en histoire de l’UPEC

La plate forme Mon Master est ouverte pour consultation des formations depuis le 29.01.24.

Le dépôt des candidatures aura lieu entre le 26 février et le 24 mars 2024. Pour le master recherche en histoire (HEC) de l’UPEC, vous pouvez consulter, en plus de ce blog, l’interface officielle de la plateforme. La commission de recrutement demande les relevés de notes de licence, un cv et une lettre de motivation. Cette dernière est très importante : vous devez expliquer votre choix d’un master recherche et proposer quelques pistes de travail (notamment la période de spécialité choisie).

Une série de rencontres seront organisées à distance pour répondre à vos questions. Pour tout renseignement : sylvie.rougier-blanc@u-pec.fr

Pour se renseigner sur les Masters en histoire de l’UPEC, Mastériales le 15 décembre 2023, 9h-12h30

15.12.2023

9h-10h15 LES MASTERS LLSH À L’UPEC
Séance plénière / Amphi 3 et 4

Présentation de l’ensemble des parcours de masters disciplinaires, des masters labellisés EUR FRAPP
et des Graduate Programs. Présentation de la plateforme de candidature en master.
10h15-12h30 LES MASTERS DE L’UFR LLSH : PAR DISCIPLINE ET PAR PARCOURS
Présentation de chaque parcours de master, suivie d’échanges et de discussions
En présence des responsables de parcours, d’anciens étudiants et de professionnels

SALLE I1-105 : HISTOIRE
Master Histoire et métiers de l’image et du son
Master Histoire européenne comparée
Master Histoire publique
Master MEEF Second degré Histoire-géographie (INSPÉ)